Pièces discordantes

La théorie duonique s’appuie sur un principe qu’elle n’a pas lâché : celui de l’équilibre.

Cependant ce principe n’est pas totalement respecté à au moins deux endroits :

1- La proportion de matière et d’anti-matière n’est pas encore équilibrée.

L’hydrogène est l’élément le plus courant dans l’univers (75 % en masse, plus de 90 % en nombre d’atomes). Il est composé de protons, formés de quarks ou de duons qui sont exclusivement «matière».

Il n’y a pas de neutrons ni d’anti-neutron dans l’hydrogène et, dans la théorie duonique actuelle, les anti-neutrons dans les autres éléments sont insuffisants pour compenser le déséquilibre de matière provoqué par l’hydrogène. Par exemple l’hélium est probablement équilibré (deux protons deux anti-neutrons), mais l’hélium ne compte que pour moins de 24 % en masse (il est presque 4 fois plus lourd que l’hydrogène) et 7 % en nombre d’atomes. Dans la théorie duonique, on trouve une proportion d’environ un anti-neutron pour 7,25 protons, 12 anti-neutrons pour 87 protons.

H                  He
Protons    Protons    Anti-neutrons
75              12                  12                           Masse

Total
87                                    12

Il reste un important déséquilibre en nombre de duons du coté matière vs antimatière.

Je n’ai pas encore trouvé d’hypothèse cohérente pour rétablir cet équilibre à moins d’imaginer d’autres particules, celles là composées de plus d’antimatière que de matière et avec des propriétés telles que nous ne les ayons pas encore détectées. Ce qui semblerait plutôt étonnant, quoique pas impossible, considérant le niveau de précision où nous sommes parvenus.

Mais il y a encore de la place, puisqu’il manque encore 60 à 70 % d’énergie «noire» et de 20 à 25 % de matière noire, la masse visible ne comptant que pour 5 % de ce que nous détectons. Si évidemment nos calculs considèrent toutes les forces en jeu.

2- La gravité, qui n’a toujours pas d’opposé.

Quelques hypothèses sont imaginables :

A- Compression – dilatation

Comme la gravité est une force qui cherche à tout compresser mais qui atteint un seuil d’incompressibilité ultime, dans les quasars ou les trous noirs par exemple, il pourrait y avoir une particule dilatée à l’extrême mais qui atteint un seuil de dilatation qu’elle ne peut pas dépasser.

Alors dilatée autant, il va de soi qu’on risque d’avoir de la difficulté à la détecter; il faudrait éventuellement chercher dans les rayonnements de très très longue longueur d’onde, de l’ordre de milliers de km, de centaines de milliers ou de millions de km.  Il y aura une fréquence absente à un moment ou un autre, ce qui correspondrait à la taille de cette matière dilatée, alors opaque à cette fréquence.

La force qui lie les quarks ensemble est hyperpuissante mais à très coute portée, celle qui dilaterait les composants de cette particule serait aussi très puissante, mais à très longue portée. La gravité s’opposerait à cette dilatation infinie comme cette répulsion s’opposerait à la compression infinie, chacune retenant l’autre.

La masse de cette matière dilatée pourrait également correspondre à un «facteur de flottaison» infime de la matière, comme celle d’une roche dans l’eau,  avec une valeur quasi imperceptible mais non nulle.

B- Une force sans opposé ?

S’il existe une forme tri-dimensionnelle à une seule face comme le ruban de Moëbius, on peut bien avoir une force dynamique à un seul sens, ses opposés étant alignés en sens opposé… et résultent en un seul sens.

Mais la encore on se demande quel est le contraire d’un ruban de Moëbius : une forme dont les forces dans le même sens sont opposées et s’annulent ? Ce qui nous mène à la troisième hypothèse…

C- On l’a déjà

Toutes les sources d’énergie radient à partir d’un point et à ces points correspondent des masses gravitationnelles de tailles diverses, d’un grain de poussière à des trous noirs super-massifs au centre des galaxies.  Le contraire de la gravité serait-il simplement le rayonnement électromagnétique ?

Ce serait la solution la plus simple… car l’énergie, dans la théorie duonique, apparaît au moment ou l’oscillation quantique est vectorisée en 12 directions, ce qui fait apparaître les champs magnétiques et électriques, et du même coup les spins qui mènent à l’inertie à partir du moment où 6 duons entrent en interaction et absorbent de l’énergie.

Ce n’est encore qu’une vague hypothèse, il faut résoudre le comment de l’interaction car des dualités apparaissent toujours simultanément; l’une ne vient pas après l’autre, ce qui n’est pas le cas pour l’instant avec cette explication car la gravité apparaît seulement si les duons entrent en relation et absorbent de l’énergie, donc après le rayonnement EM.

On est ouvert à d’autres hypothèses !

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s